Fauves – Wajdi Mouawad

Fauves
DR

Avec « Fauves », le metteur en scène et directeur du Théâtre de la Colline se laisse aller à ses mauvais penchants, ceux qui lorgnent vers la tragédie grecque avec des sabots aussi gros que les couleuvres qu’on essaye de nous faire avaler. Rien n’est épargné au public pendant le spectacle. Absolument rien. Tout n’est que surenchère dans le sordide, personnages vociférants, femmes forcément infanticides (réels ou fantasmés) ou considérées comme « folles », tout ça s’étirant à l’infini tandis que les mêmes scènes se rejouent encore et encore, jusqu’à la nausée.

On s’est demandé si « Fauves » était une parodie de ces tragiques grecs si chers à Wajdi Mouawad. Si on était en train de passer à côté d’une relecture ironique et nihiliste d’on ne sait quelle tragédie. Puis on a pris peur en ayant l’impression que tout ceci était en fait bien sérieux, et bien complaisant. On se demande alors comment on peut parler autant pour ne rien dire de plus que ce que n’importe quel adolescent à tendance mélancolico-dépressive (et nous fûmes de ceux-là, c’est dire si nous aurions pu être indulgents) a à dire.

La déception est forte, et elle est à la hauteur de l’attente que l’on avait pour ce spectacle. On attendait une pièce-monde, une sorte d’histoire de l’humanité condensée en quatre heures, un monument qui serait à la fois en l’honneur de la chute et de la résurrection de l’Humain. Hélas, rien de tout cela ne nous est apparu. Et si les personnages souffrent, le public, coincé devant ce texte interminable, souffre à l’unisson.

 

 

Fauves, texte et mise en scène de Wajdi Mouawad.
Avec : Ralph Amoussou, Lubna Azabel, Jade Fortineau, Hugus Frenette, Julie Julien, Reina Kakudate, Jérôme Kircher, Norah Krief, Maxime Le Gac-Olanié, Gilles Renaud et Yuriy Zavalnyouk.
A voir au Théâtre de la Colline jusqu’au 21 juin 2019.