« La Vie devant soi » : juste une histoire d’amour

La Vie devant soi
DR

Publié en 1975 sous pseudonyme par le bandit de la littérature française Romain Gary, couronné du prix Goncourt la même année, adapté au cinéma en 1977 puis césarisé et oscarisé, « La Vie devant soi » fait partie de ces histoires qu’on ne présente plus. L’histoire de l’amour infini qui unit madame Rosa, rescapée d’Auschwitz et ancienne prostituée, et Momo, petit garçon musulman qu’elle élève comme un fils.

C’est avec une grande douceur et une non moins grande humilité que le metteur en scène Simon Delattre a choisi de donner la main à Momo et madame Rosa. De l’humilité il en faut pour ne pas prétendre à quoi que ce soit, ne pas chercher le coup d’éclat ou la lumière via l’historique de « La Vie devant soi », mais simplement donner sa version à soi, parce qu’on en a rêvé toute son adolescence, comme on ferait un cadeau à un copain en regardant ses pieds et en lui disant « tu verras c’est pas grand chose » alors que justement, ce cadeau, c’est le plus beau cadeau du monde.

« La vie devant soi » est l’oeuvre d’un grand adolescent rêveur qui, parce qu’il aime au moins autant la musique et les marionnettes que les acteur·ices, a décidé qu’on n’était pas obligé de rentrer dans des petites cases pour faire plaisir aux étroit·es d’esprit et a mis sur scène ce dont il avait, peut-être, rêvé dans sa chambre à 15 ans. Il y a donc la voix fragile et rauque à la fois de Nabila Mekkid, rockstar méconnue qui porte le poids de la Factory sur ses épaules ;  la sublime Maia Le Fourn au magnétisme si fort qu’on l’écouterait lire le Code Civil sans rechigner ; Tigran Mekhitarian qui campe un Momo qui aimerait bien qu’on arrête de le prendre pour un petit alors qu’il est déjà si grand ; et Nicolas Gousseff, se cachant derrière les marionnettes qu’il manipule.

« Est-ce qu’on peut vivre sans amour ? » demande Momo à qui veut bien l’écouter. C’est que Momo, même s’il mériterait parfois qu’on lui lave la bouche au savon tant il parle mal, il en a de l’amour à donner, et il aimerait bien en recevoir un peu aussi. L’amour et la poésie, c’est le beau programme que nous offre toute la troupe de « La Vie devant soi ». Et, comme un ultime cadeau fait à tou·tes les adolescent·es de 15 ans dans leur chambre, des guirlandes illuminent tout le plateau dans les derniers instants de la représentation. Parce que le théâtre est une fête. Parce que la vie un peu, aussi. Et c’est ainsi que nous sortons de la salle, le coeur rempli à ras bord.

 

« La Vie devant soi », d’après Romain Gary, mis en scène par Simon Delattre.
Adapté par Yann Richard.
Avec : Nicolas Gousseff, Maia Le Fourn, Tigran Mekhitarian et Nabila Mekkid.
Vu au Centre Culturel Aragon-Triolet à Orly le 31 janvier 2020.
A retrouver le 6 février à l’Espace Marcel Carné à St Michel sur orge, les 13-14 février au Bateau feu Scène Nationale de Dunkerque, le 10 mars : à l’Avant Seine à Colombes, les 12-13 mars au Grand Bleu à Lille, le 19 mars à Sarreguemines // Le Carreau Scène Nationale de Forbach et les 24-26 mars à La Coupe d’or à Rochefort.